<i>Barre </i><br>Gros la viande
 

P. Barre
Gros la viande

2006.
Livre neuf.
Montbel, 414 pages.
Quantité  
36.00 €
Page en favoris
  Retour
Un livre frémissant d'Afrique

Quittant le Pas-de-Calais en 1951, Pierre Barre va vivre la passion de l’Afrique pendant dix ans. Tour à tour entrepreneur, braconnier, chasseur de crocodiles puis guide de chasse professionnel, aux côtés de son complice Marc Duplessis, Pierre Barre est une figure marquante de la chasse à l’éléphant en Côte-d’Ivoire et en Haute-Volta. Il quittera Abidjan un an après l’indépendance pour s’envoler vers de nouvelles aventures en Colombie.
Avec humour, il raconte sans détour sa vie de broussard et d’Africain blanc.
Introuvable depuis des années, ce texte est devenu un classique de la grande chasse, et restitue, dans le langage fleuri des hommes de terrain, l’atmosphère des dernières années de l’AOF. D’Abidjan à Bobo-Dioulasso, de Grand-Lahou aux rives de la Bougouriba, Pierre Barre nous entraîne, avec ses pisteurs, sur les traces des éléphants, des buffles, des lions et des crocodiles. Il nous fait aussi partager la vie des villages et esquisse quelques savoureux portraits de figures de la brousse.
Illustré de 15 photos de l’auteur.


◼︎ Paris, Montbel, 2006. 13,5 x 24 cm, in-8, broché, 414 pages.

TABLE DES MATIÈRES

I. Plus de canards?? On s’en va.
II. Ali Boudiou, pisteur d’éléphants et professeur de chasse.
III. Première traque, première leçon — Nous décou-vrons la grande forêt.
IV. L’épreuve.
V. Le mal est fait — L’horrible marécage — Un copain photographe nous décide.
VI. Faux départ — Curieuses expériences à Abidjan — Le boy Kouka — Ali piste un voleur.
VII. Vrai départ — Passage chez les Bétés — En pays Gouro.
VIII. Notre chimpanzé adoptif — Premières affaires de viande… et de filles.
IX. Le gros gros type et quelques déboires…
X. Un complice?: le garde-chasse — Succès chez les Baoulés — Nombreux clients.
XI. Les pièges — Réception — Chasse et fétiche chez Théodore.
XII. Bawa?: chasseur sorcier — Encore un fétiche
XIII. Vers le bonheur — Un village de rêve?: Taabo — La douce Adio.
XIV. Le doublé de gros type.
XV. La vie au village — L’hippopotance d’Ali — Départ de Taabo.
XVI. Passage en savane — Ali veut rentrer chez lui — Les bons blancs de Bouaké — Nous montons vers le nord.
XVII. Chasse et aventure en savane — Les chiens de brousse — La mine et la rencontre du destin.
XVIII. Bobo-Dioulasso — Malchance à la chasse avec le copain — Le tournant de nos aventures — Le procès — Rangés provisoirement.
XIX. Abidjan à l’époque — Ses problèmes et ses joies — Nous découvrons les lagunes, les barracudas et les crocodiles — Le vol de Kouna — Fiasco à Assagi.
XX. Les crocodiles, nouvelle passion.
XXI. Proposition des eaux-et forêts?: de braconnier à professionnel?! — Propriétaire d’Adio selon la coutume — Départ en exploration en Haute-Volta — Dévouement de mon serviteur.
XXII. Je découvre la savane, ses hommes (blancs et noirs) et ses animaux — Guide de chasse officiel.
XXIII. Chargé de battues administratives — Un éléphant me manque de peu — La grande battue pour protéger les planteurs.
XXIV. Fresco l’enchanteur — Chasse sans succès — Je reviens avec le Gros — Autres battues officielles.
XXV. Voyage au Niger aux frais du service — Histoires de lions.
XXVI. Le premier client s’annonce — Combat avec un bubale — Le cirque et le nain — L’éléphant des premiers clients.
XXVII. Premier safari en Haute-Volta — Adzouma.
XXVIII. Entracte à Diapaga — Le chef de Namounou — Retour à Abidjan.
XXIX. Chaude affaire avec des éléphants rouges?— Les safaris démarrent — Adio?: suite et fin — Le Gros?: licence n° 2.
XXX. Notre vieil Ali est irrécupérable — Le fétiche de la rivière me rend malade — Les événements de 1956 — L’ami Pierrot vient nous voir.
XXXI. Chargé par une lionne — La sinistre mare de Nabindo — Un croco curieux.
XXXII. Les farces du Gros à Namonou — Les buffles de la Tapoa.
XXXIII. L’accident — La mort est passée près de nous.
XXXIV. C’est reparti?! — Découverte de la mare d’Ouamou, une mine de gibier — Ouverture avec les deux joyeux compères.
XXXV. Chasses au buffle — Chasses au lion — La compétition — Les gris-gris.
XXXVI. Parisien veinard — La lionne tirée au vol — La chose triste du pisteur — Parisiens moins veinards.
XXXVII. Un cheval de retour — L’honneur est sauf — Analyse de fin de saison?: méfiance.
XXXVIII. La battue aux roussettes — Chasse à l’éléphant de savane avec deux Américains.
XXXIX. Le père Chipeau, troisième compère — Razzia sur les crocos de la Bougouriba.
XL. Vers l’indépendance, nos réactions — La trappe à Papa?!
XLI. Le sourd, l’éléphant et le festin du cuistot — Safa… rigolo à Auamou — Le «?client?» du Gros.
XLII. Fati l’enchanteresse.
XLIII. Chasse mouvementée avec Lou et Mike — Nous capturons les braconniers.
XLIV. Grande expédition crocodiles à la Kourtiagou.
XLV. Pris par un pangolin géant — Face à un croco menaçant — Des cartouches moisies — Rencontre de Casimir, un original.
XLVI. Chasse en lagune avec le Rouge — Gibier d’eau du Niger — Allons-nous pouvoir protéger Ouamou??
XLVII. En mission pour abattre l’éléphant assassin — Le buffle contre le Gros — Le Turbocraft — Casimir ne survit pas à son éléphant.
XLVIII. À Fresco, aventures et mésaventures.
XLIX. Fati, les ennuis commencent — Papa Chippeau ne rentrera pas en France — Une tente blindée — Le client piégé?! — Le lion sur un plateau.
L. Une balle pour le steak de Pap — Un chasseur a failli être le gibier.
LI. Le lion et le vieux blanc — Réflexions sur la brousse.
LII. Fin de nos safaris en Haute-Volta — Fati… retour chez sa mère — Je pars en Colombie.


EXTRAIT DE L’OUVRAGE

« Il a plu toute la soirée et toute la nuit, nous sommes restés dans une case, à dormir et boire du bangui. Il fallait en profiter car, avec la grande pluie, ce précieux liquide allait être gâté. Le matin il ne pleut plus mais on patine dans la boue. Nous décidons de faire un tour en forêt, où nous sommes vite trempés par les feuilles qui font office de sceau à douche. Aucun bruit, les oiseaux et les singes sont blottis, à l’abri. Les traces ont été lavées, il nous faut errer au hasard, en écoutant. Les proboscidiens se promènent beaucoup sous la pluie, ils font plus de distance et s’enhardissent jusqu’à venir très près des villages. Mélègue vient de s’arrêter, il fait signe, Grégoire a le front très plissé et prend un air comique et moi, je n’entends rien. Les voilà qui, tous deux, me font des signes impératifs de venir. Je comprends pourquoi, car en bougeant un peu j’aperçois un gros postérieur d’éléphant couvert de boue. Le reste du corps est caché dans le feuillage. Tous trois plaqués contre un tronc d’arbre, nous échangeons des regards, après avoir pris le vent. »


PARU DANS LA PRESSE

« L’aventure n’est pas banale et le récit que Pierre Barre nous livre de ses campagnes de chasse a le mérite d’être naturel, avec tout ce qu’elles ont compté d’incidents, de surprises, de réussites ou de déboires. Ici, pas de considération philosophique ou d’état d’âme : le propos est direct, simple et sans détour avec des passages truculents par les dialogues en petit-nègre ou folkloriques par leur réalisme. »
Jacques Reder. Le Saint-Hubert, juillet/août 2006

« À l’instar de l’existence de l’auteur sur le continent noir, l’écriture est franche, spontanée, aucun détail n’est épargné. Point de vulgarité cependant, l’Afrique et les Africains sont là, riant, si légers, si profonds. Gros la viande, le menu s’avère appétissant. Un classique. »
François-Xavier Allonneau. Connaissance de la chasse, juin 2006

« Une figure de la “Françafrique” rapporte avec allant, et un vrai talent de conteur, ses aventures de fou de chasse […] C’est aussi une cascade impétueuse d’histoires de chasse toutes plus entraînantes les unes que les autres. Un livre frémissant d’Afrique. »
Plaisir de la chasse, juillet 2006


Diane vous suggère aussi:
ACP Nouvelles de brousse (nouvelle édition)
38.00 €
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK
© Montbel - tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - creation site ecommerce