J. du Fouilloux
La vénerie de Jaques du Fouilloux…

1566.
Livre de collection relié.
De Marnef & Bouchet, 4 feuillets, 296 pages.
Quantité  
18 000.00 €
  Retour
La vénerie de Iaques du Fouilloux, gentil-homme, seigneur dudit lieu, pays de Gastine, en Poitou. Dediee au roy Tres-chrestien Charles, neufiesme de ce nom. Avec plusieurs receptes & remedes pour guerir les chiens des diuerses maladies. Plus l’Adolescence de l’autheur…

Le plus célèbre traité français de vénerie.

Le plus célèbre traité français de vénerie parut pour la première fois à Poitiers en 1561.
Tiré à petit nombre, il fut réédité l’année suivante puis en 1566. Cette troisième édition, imprimée en italique, est « presque aussi rare que les deux premières » affirme Jules Thiébaud, le bibliographe de la chasse, en 1934.
Le texte de Du Fouilloux fixe les usages et les techniques de la vénerie française qui perdurent. Il y fait la synthèse des traités médiévaux et y codifie surtout la pratique des chasses royales de la Renaissance. Par sa présentation, son ordonnance et les sujets traités, il marque le passage d’une chasse symbole de force et d’entraînement à la guerre, à une chasse de prestige devenue instrument de pouvoir et lieu de sociabilité.
L’édition contient aussi le poème de l’auteur sur ses souvenirs de chasse de jeunesse (18 pages) et la Complainte du cerf du poète et écrivain Guillaume Bouchet (1513-1594), dédiée à son ami Jacques du Fouilloux (5 pages). Cet imprimeur, libraire et juge-consul des marchands de Poitiers, fut l’éditeur de l’ouvrage avec les frères Jean III et Enguilbert II de Marnef.
Les quatre premières éditions du Du Fouilloux ont l’ « avantage […] d’avoir été faite dans le pays et du vivant de l’auteur, ce qui permet de supposer qu’il en a revu les épreuves et constitue une garantie pour la fidélité du texte et de l’orthographe primitive, modifiée dans les éditions de Paris » (Thiébaud).

Illustré du célèbre frontispice montrant l’auteur offrant son livre au roi Charles IX et des 56 figures de vénerie gravées sur bois pour l’édition originale, tirées à pleine page ou à mi-page, qui sont les prototypes des illustrations réalistes et scientifiques dans ce domaine.
L’exemplaire a été lu par un veneur de la Renaissance qui a biffé une remarque sur la tenue des « femmes de réputation » accompagnant les veneurs lors de leur collation champêtre précédant le rapport (p. 109). Il a aussi souligné quelques mots concernant principalement le travail des piqueurs et des chiens.

Très bel exemplaire lavé et parfaitement établi en reliure janséniste par l’excellent relieur parisien Marcel Godillot. Très pâle mouillure marginale aux derniers feuillets.

Provenance :
• Bibliothèque d’un collège des jésuites (mention manuscrite du temps à l’encre brune en marge supérieure du titre et mention postérieure Double dans la marge inférieure).
• Émile Hebert (1883-1977), lieutenant de louveterie normand, qui possédait une belle bibliothèque cynégétique (vente à Paris, 7 février 1990, n° 83 ; adjugé 60 000 francs et constituant le lot principal de la vente).

Thiébaud 296-297 (qui ne cite que 14 exemplaires de cette édition du Du Fouilloux, mais pas celui-ci).– Souhart 148-149 (« édition assez rare »).
Huzard II, 4862.– Schwerdt I, p. 152 (« a rare book, of which only two or three copies have come to notice during the past thirty years »).– Jeanson, qui avait réuni 16 exemplaires du XVIe siècle du Du Fouilloux, ne possédait pas cette édition.– Manquait à Lindner.

Poitiers, De Marnef & Bouchet, 1566.
grand in-8, 16 x 21,5 cm, reliure janséniste du début du XXe siècle, signée M. Godillot, en maroquin noir, dos à nerfs, dentelle intérieure dorée, filets aux coupes, tranches dorées.
4 feuillets, 296 pages (*4, A-S8, T4).

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK
© Montbel - tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - creation site ecommerce