Montbel | J.-M. Morel Théorie des jardins
 

J.-M. Morel
Théorie des jardins

Paris, 1776.
398 pages.
Demi-veau époque.
Quantité  
800.00 €
Page en favoris
  Retour


La théorie rousseauiste des jardins, par le créateur du parc d'Ermenonville.

Édition originale de ce texte très important du lyonnais Jean-Marie Morel (1728-1810), architecte du prince de Conti.
“The most comprehensive [French] theory [of gardening].” (D. Wiebenson. The picturesque garden in France. p. 75).

L’auteur condamne d’abord violemment les jardins “symétriques” et leurs architectes, qui “composent un jardin comme une maison”, défigurent un arbre en le taillant “comme une pierre, en voûte, en cube, en pyramide”, qui “asservissent l’eau si mobile”, etc.
Laissant ces jardins “monotones et uniformes” aux “hommes trop préoccupés de leur supériorité ou de leur opulence”, il expose une conception plus démocratique des jardins, adaptée “aux goûts, aux habitudes et à la tournure particulière de chaque classe” sociale. Il en distingue alors quatre types, suivant les moyens et les besoins de chacun: le parc, la ferme, le jardin, et le pays.
Morel précise ensuite les principes de la conception des jardins suivant le climat et le terrain. Puis des chapitres sont consacrés aux éléments qui constituent ces jardins : eau, végétation, rochers. Un chapitre particulier traite des constructions, que l’auteur veut simples et peu nombreuses : fabrique, pont, hameau, ferme, pavillon, moulin à eau, manoir.

Il n’est pas inutile de citer un long passage (pp. 207-208) qui montre bien la nouvelle conception de la nature et de la société à la fin de l’ancien régime, conçue par Rousseau et reprise par le romantisme naissant : “Quand un riche citadin achète une possession à la campagne, on croirait qu’il recherche la liberté, la tranquillité, & que son but est de jouir de la pureté de l’air, du spectacle de la nature & de lui-même; que conséquemment ses jardins sont l’objet important dont il va d’abord s’occuper; mais non: ce qui l’intéresse c’est son habitation. Il entasse pierres sur pierres, il en décore ses environs, ses cours, ses avant-cours; il en enferme ses eaux, il en entoure ses terres. A voir tant d’ouvriers, tant de matériaux, on dirait qu’il veut bâtir une cité. La maison n’est jamais assez grande…; dans l’intérieur rien n’est assez beau, assez riche, assez éclatant: il y porte le luxe avec l’embarras de la ville: il y veut jusqu’aux aises de la mollesse. Plus flatté de ses bâtiments que de ses jardins, son véritable séjour, il ne parle que de son salon doré, de ses meubles somptueux; il montre ses bains de marbre… Que s’ensuit-il de tant de superfluité, de tant de dépenses ? qu’il en est bientôt las. Ayons à la campagne une petite maison; rendons-la propre & commode, mais procurons-nous un grand jardin agréable & riant, & nous jouirons.”

Mais Morel n’est pas seulement un théoricien. Selon sa conception très rousseauiste de la nature, il aménagea divers parcs et jardins : L’Isle-Adam au prince de Conti, Ermenonville au marquis de Girardin, Guiscard au duc d’Aumont, Bercy au président de Nicolay, puis plus tard ceux de Sceaux, de la Malmaison, de Saint-Leu-Taverny à la reine Hortense, de Saint-Ouen au duc de Trévise, etc.
Deux chapitres décrivent le dessin et les aménagements des parcs d’Ermenonville (où Rousseau s’installera en 1778 pour y finir ses jours et où sera inhumé) et de Guiscard (Oise), qui a aujourd’hui totalement disparu. Le dernier chapitre porte sur “les jardins d’imitation et de caprice : le poétique, le romanesque, le pastoral, l’imitatif.”

Bel exemplaire en parfait état.
Grande étiquette typographique de l'époque au verso du premier plat : Chez Barde, Manget & Comp. Imprimeurs-Libraires, au haut de la Cité à Genève. Grand assortiment de librairie… Nouveautés littéraires de Paris… Vins de Bordeaux de premières qualités.

Katalog. Berlin. 3469.- Ganay 98.- Fritz p. 41.- McNamara p. 29.- Gallet p. 376.

Paris, Pissot, 1776.
in-8, 12,5 x 20 cm, reliure de l'époque à dos et à coins de veau fauve, dos orné de faux-nerfs dorés, pièce de papier orange, tranches jaunes.
4 feuillets, 398 pages, 1 feuillet.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK
© Montbel - tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - creation site ecommerce