<i>Orgeix, Jean d'</i><br>Histoires africaines
 

J. d'Orgeix
Histoires africaines

2006.
Livre neuf.
Markhor, 142 pages.
Quantité  
20.00 €
  Retour

Le dernier livre du chevalier d’Orgeix

Récits inédits de Jean d'Orgeix sur les animaux d'Afrique. Fasciné par la faune sauvage, il a cherché à l'observer, à l'approcher, à l'apprivoiser (comme Zouma sa panthère ou Paméla sa guenon), à l'imiter et même à la chasser. Pour la première fois depuis trente ans, le chevalier d'Orgeix se repenche sur son passé de broussard et d'Africain blanc. 
“Guide de brousse”, cavalier et aviateur, le chevalier d'Orgeix (1921-2006) fut l'un des meilleurs guides de chasse professionnels, pendant les quatorze ans où il exerça cette activité en Centrafrique. Pour la première fois depuis trente ans, il se repenche sur son passé de broussard et nous livre ses histoires africaines inédites. 
Avec 31 photos en couleur.

◼︎ Paris, Markhor, 2006. 14 x 22,5 cm, broché, 142 pages. 
TABLE DES MATIÈRES

Comme la vie est riche
Alger
Les gorges d’Arak
Mon premier tam-tam
Les Comas péteux
La pièce mystérieuse
Chez les Namghis
Le cimetière d’Édéa
La grande forêt équatoriale
Les corbeaux
Les araignées
Les termites
Le cœur du buffle
Bandassa
La marche en brousse
L’odorat des éléphants
Le « toucher »
Les magnans
Rester invisible
La lionne de la colline
La charge de l’hippo
Le rugissement
Le village oublié
La charge
Le vieux baba
Pamela
À quatre pattes
De la viande…
Le chevreuil


EXTRAIT DE L’OUVRAGE

« J’avais décidé d’être, sans doute, le premier homme à aller donner une petite claque amicale sur la cuisse d’un pachyderme. Ma résolution était prise et j’attendais la première occasion. Elle vint un jour. Vers midi, en pleine chaleur, une dizaine d’éléphants se tenaient immobiles, remuant juste de temps à autre leurs oreilles pour chasser les mouches. Ils étaient face au vent, me tournant le dos ; le sol en latérite était plat, sans végétation aucune. De plus, j’étais avec un chasseur qui ne désirait aucunement tirer un éléphant. Toutes les conditions requises étaient réunies, le grand instant était venu ! Laissant la voiture et ses occupants à une petite distance, je commençais l’approche le coeur un peu battant. Je me déplaçais souplement et silencieusement sur ce terrain admirablement dégagé. Parvenu à environ 25 mètres, je fis une petite pose pour choisir le derrière qui allait avoir l’honneur, sinon le plaisir, de sentir ma main palper ses formes. La cible choisie, je repris lentement alors ma progression. À 20 m d’eux je pensai : « Ils sont grands quand même, les éléphants… » À 14 ou 15 m : « Ils sont vraiment monstrueux… » À 12 m : « C’est fou ! Ils sont gigantesques… » Et à 8 m : « Ah et puis flûte ! Ce sera pour une autre fois ! » Et je fis demi-tour.


PARU DANS LA PRESSE

« Voilà l’Afrique telle que l’aime d’Orgeix, franche et digne. Inquiétante mais directe. Il s’agit d’histoires courtes, d’enseignements, ceux que s’échangent les vieux Africains blancs. Palabres anecdotiques et profondes à la fois. Une allure de testament. »
François-Xavier Allonneau. Connaissance de la chasse, juillet 2006.

« Avec ses Histoires africaines, Jean d’Orgeix nous livre quelques tableaux bien décrits de ces scènes de brousse que peu d’hommes savent observer aujourd’hui. Tout cela est simple, sans lyrisme ou regret sur un passé bien révolu. Ces brefs récits sont comme autant de photos instantanées exhumées pour nous rappeler qu’avec la grande aventure de la chasse africaine, la nature est parfois toute simple. »
Jacques Reder. Le Saint-Hubert, juillet-août 2006.

« Pas de nostalgie chez cet aristocrate chasseur, mais beaucoup pour le lecteur. »
Plaisirs de la chasse, juin 2006.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK
© Montbel - tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - creation site ecommerce