Comte A. de Plater-Syberg
Orages d’Europe.
Souvenirs 1899-1950

2016.
Livre neuf.
Lacurne, 320 pages.
Quantité  
26.00 €
Page en favoris
  Retour
Portant un nom allemand, d’une famille installée en Courlande mais polonaise de cœur et d’alliances, le comte Alexandre de Plater-Syberg (1899-1981) est né en à Bebra (l’actuelle Brebene), dans ce qui constitue aujourd'hui la Lettonie. Il appartenait à une très vieille famille d'origine allemande, venue rejoindre les chevaliers teutoniques au Moyen âge et restée catholique après la Réforme et la dissolution de cet ordre religieux et militaire.

Ces souvenirs s'ouvrent sur le crépuscule des vieilles familles courlandaises chères au romancier allemand Eduard von Kayserling, balayées par la Première guerre mondiale, la Révolution russe, les réformes agraires entreprises dans les nouvelles républiques baltes après 1918  et la guerre soviéto-polonaise de 1919-1921.
Fort de leur proximité avec la Pologne, c'est tout naturellement vers cet État ressuscité qu'émigrent les Plater-Syberg dans l'entre-deux-guerres. Devenu prêtre et nommé vicaire à Varsovie, le jeune Alexandre de Plater-Syberg est aux premières loges lors de l'invasion de la Pologne en septembre 1939. Ses souvenirs, ceux d'un spectateur engagé, offrent au lecteur et à l'historien un témoignage méconnu sur l'écroulement de la Pologne qui, après avoir été envahie par l'Allemagne nazie, est bientôt frappée dans le dos par l'URSS, et sur la vie quotidienne dans le ghetto de Varsovie où il s’indigne du sort réservé aux Juifs et tente d’être médiateur lors de l’insurrection de la ville en 1944. Plusieurs fois arrêté par la Gestapo­, transféré en Silésie, Alexandre de Plater-Syberg parvient à se réfugier, avec sa famille, dans la Bavière que les troupes américaines libèrent bientôt. Comprenant très tôt que l’Union soviétique compte mettre son pays en coupe réglée, il s’établit en France. Enseignant dans différents collèges religieux, celui qui est devenu le chanoine de Plater-Syberg  finit sa vie dans son presbytère nivernais, à Verneuil.
La paix retrouvée, qui laisse l'Europe dévastée et voit la Pologne prisonnière du Rideau de fer, contraint d’ailleurs la famille de Plater-Syberg à fuir et à se disperser entre France, États-Unis, Autriche et Australie.

Qu’ils décrivent la vie des cadets du tsar, le chaos dans Petrograd insurgé ou le terrible quotidien dans Varsovie occupée, les souvenirs de Mgr de Plater-Syberg sont une contribution lucide et émouvante à l’histoire de l’Europe contemporaine.

Présentés avec un avant-propos de l'historien et écrivain David Gaillardon (Prix Oulmont 2016 pour La Nuit de Blankenfeld), enrichis d'un index onomastique inédit de 250 noms, de photographies inédites et de plusieurs généalogies, ces souvenirs constituent un témoignage émouvant sur l'histoire contemporaine de la Pologne. Ils s'inscrivent dans la droite ligne de la collection En d'autres temps, spécialisée dans la réédition de mémoires et de journaux intimes aristocratiques.

◼︎  Paris, Lacurne, 2016. In-8, 17 x 24 cm, broché, 320 pages.


Diane vous suggère aussi:
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK
© Montbel - tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - creation site ecommerce