<i>Régis Taslé</i><br>Hallali
 

R. Taslé
Hallali

2009.
Livre neuf.
Montbel, 168 pages.
Quantité  
28.00 €
Page en favoris
  Retour
Un roman de vénerie : une épopée prenante ! La rencontre entre Diégo, master d'un vautrait et Aline, bouton d'un équipage de cerf, lors d'une chasse au sanglier. Leur passion commune de la chasse et de la vénerie les entraînera à travers les forêts et les méandres de l'amour.
Avec 30 belles illustrations originales en couleurs de Matthieu Sordot.
R. Taslé est bouton au vautrait du Perche depuis près de quarante ans.

◼︎ Paris, Montbel, 2009. In-8, 15 x 21 cm, broché, 168 pages.



TABLE DES MATIÈRES

Le ragot de Saint-Évron

L'invitation

Le dîner à La Forge

La Saint-Hubert en rouge

Le cerf têtu

Saint-Toucy

Bien-aller et mauvais retours

L'échange

Misère

L'adieu au maître


EXTRAIT


Baliveau était là, seul, aboyant notre ragot, en bordure du gué. Ils semblaient tous deux épuisés, face-à-face, assis, se regardant l'un l'autre.

Baliveau, tendant et balançant son encolure par intermittence, aboyait son cochon faiblement, cherchant du regard ses compagnons.

Un moment… une éternité ! La Rosée et moi avons nourri notre mémoire de ce spectacle inouï. Mais l'action a vite repris le dessus.

« Tiens bon, mon vieux ! Tiens bon ! Au coûte à Baliveau, au coûte. Tiens bon ! »

J'avais la gorge nouée par la fatigue et l'émotion. J'aurai voulu dire tant de choses à Baliveau, mais la meute venait de rallier sous nos yeux… Et ce furent les grands abois. La Rosée a sonné L'hallali sur pied un peu trop vite. Le ragot n'avait pas dit son dernier mot, il a fait face une première fois et bousculé les chiens pour chercher un abri sous les épines noires. La meute ne lâchait rien.

Nous avons descendu à cheval la pente qui nous menait à Baliveau. Il était resté sur place comme s'il voulait dire à ses collègues : « J'ai fait mon travail, faites le vôtre ! »

Il était immobile, épuisé. Il avait dû se surpasser pour maintenir seul son sanglier, malgré son âge. Mais il avait payé le prix fort : il était entaillé au flanc en deux endroits. Les blessures étaient profondes et inquiétantes.

— Que fait-on ?

— Faut qu'vous alliez servir le ragot, qu'y ait pas l'temps d'en blesser d'autres. Allez-y m'sieur Diégo, moi j'm'occupe à Baliveau.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK
© Montbel - tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - creation site ecommerce