P. Caravati
Nos chasses africaines

2018.
Livre neuf.
Markhor, 168 pages.
Quantité  
25.00 €
Page en favoris
  Retour
Arrivé à Brazzaville en 1957, Pierre Caravati fut tout de suite passionné par la grande chasse. Après avoir guidé quelques amis, il en fait son métier au Congo, en Centrafrique, au Tchad, au Gabon, au Soudan et en Tanzanie. Au soir d’une vie riche en souvenirs, il fait revivre 50 ans de chasse et de brousse. On croise ainsi de grands chasseurs (dont le président Giscard d'Estaing et le duc d'Orléans) et de quelques figures majeures de guides: Henri Eyt-Dessus, Omer Pessègue, Franck Maës, Christian de Tudert, Michel Coatmellec, Gérard Pasanisi, François d’Elbée, Luis-Pedro de Sa é Mello, Michel Fusil ou Tony Sánchez-Ariño.

Nombreuses photos en couleurs.

Paris, Markhor, 2018. 14 x 22,5 cm, in-8, broché, 168 pages. 

TABLE DES MATIÈRES

Préface
Introduction
I Brazzaville
II Retour en France
III Le Soudan
IV Congo Safari
V Le Cameroun
VI Safaris divers
VII La Tanzanie. Tawisa
VIII Les records
IX Les charges
X Les armes
XI Aviation
XII Le Kilimandjaro
XIII Trophées et futur de la chasse


EXTRAIT

« Au petit matin, il ne fait pas encore jour, nous prenons le petit déjeuner dans le boukarou face au Faro. Les hippopotames qui viennent des gagnages, rentrent dans l’eau et s’interpellent bruyamment. Cela fait dix jours que nous cherchons les élands sans résultat.
« Le troisième jour nous avons croisé la piste de deux mâles vers 7 h du matin. Le terrain relativement mou marquait parfaitement, les traces étaient de la fin de la nuit. Deux à trois heures de retard sur un terrain facile, c’était faisable. Nous pistons le plus rapidement possible, Barbé et Bouba, les pisteurs, devant, Jean-Louis et Antoine les chasseurs, derrière. Les baguettes des pisteurs tendues vers les traces montrent la direction des élands. Ils marchent rapidement, ne mangent pas, la savane arbustive est fraîchement brûlée. Vers 10 h, nous atteignons une zone vallonnée, brûlée depuis le début de la saison sèche et les arbustes offrent aux élands de belles repousses fraîches. Les élands ont ralenti, cueillant de-ci de-là des feuilles et des bourgeons, cassant avec leurs cornes de grosses branches pour atteindre quelques feuilles certainement meilleures que les autres. La sève suinte encore, nous approchons. »
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK
© Montbel - tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - creation site ecommerce