Err

<i>M. Coatmellec</i><br>Par la piste et la rivière

M. Coatmellec
Par la piste et la rivière

Montbel
En stock
2021.
Livre neuf.
Montbel, 400 pages.
38,00 €
1000g
Description

Mécanicien embarqué dans l’armée de l’air, Michel Coatmellec (né en 1936) est affecté en janvier 1962 à Pointe-Noire au Congo. Il découvre ce continent qu’il ne quittera plus.

Il profite de toutes les occasions pour voler dans le ciel d’Afrique et pour sillonner les pistes du Tchad, du Cameroun, du Bénin, de Centrafrique, de Tanzanie ou du Rwanda pour chasser tous les grands gibiers africains. Il côtoie alors les guides Marcel Dupeley, Henri Eyt-Dessus, Marcel Tiran, Etienne Canonne, Claude Vasselet, Rudy Lubin, Robert Monvoisin, Jacky Meunier, etc. En 1986, il survit à une attaque de lion au Chinko.

D’abord gestionnaire d’une zone de chasse au Bénin de 1998 à 2004 avec sa compagne Françoise, il monte un camp de chasse au bord de la Dja (Cameroun) en 2007 au pays des Pygmées, où il fait tirer des éléphants de forêt.

En 2013, à 77 ans, le grand livre de la chasse en Afrique se referme pour Michel. L’heure des souvenirs a sonné.

Cinquante ans après ses premières émotions africaines, Michel Coatmellec revient sur son exceptionnel parcours d’officier mécanicien navigant, de broussard, de chasseur et de guide membre d’honneur de l’ACP (Association des guides de chasse professionnel).


Souvenirs inédits. Avec la participation de Françoise Lidbetter.
Illustré de plus de très nombreuses photos en couleurs.
Livre neuf.

Paris, Montbel, 2021. 17 x 24 cm, broché, 400 pages.


Extrait:

« Nous pistons notre éléphant depuis deux heures déjà, il est 11 h 30 et il se dirige vers une zone de végétation dense sans doute pour se reposer. Nous avons du mal à suivre notre Pygmée qui se glisse comme un félin dans cette végétation pleine d’épines. Brusquement il s’arrête et nous attend. On entend clairement les branches cassées par l’éléphant, il doit être tout près mais nous ne voyons rien. Il faut encore avancer. Ambassadeur progresse très très lentement, je le suis, Arnaud est juste devant moi. La tension est à son comble, nous n’avons pas le droit à l’erreur. Le Pygmée accroupi nous montre du doigt l’éléphant, Arnaud ne le voit pas bien mais il doit être surexcité. Nous sommes collés l’un à l’autre, soudés par notre passion commune. Arnaud le voit enfin, il est là, face à nous à une douzaine de mètres, immobile. On ne peut plus attendre. Le Pygmée nous met la pression et nous fait signe de tirer car si l’éléphant n’a pas une bonne vue, il a un odorat et une ouïe très subtils. Les secondes passent, Arnaud attend mon ordre, que je donne enfin. Il tire au moment précis où l’éléphant amorce un quart de tour pour fuir. Arnaud tire immédiatement une deuxième balle sur l’éléphant qui fonce vers la gauche. »