Montbel | S. Francucci La caccia etrusca. Poema

• Chasse en Europe


S. Francucci
La caccia etrusca.
Poema
 




1624.
Livre de collection relié.
Giunti, 400 pages.
Livre en stock
Quantité  
2 500.00 €
Unique édition rare de ce long poème décrivant une chasse de Ferdinand II de Médicis, grand duc de Toscane.

Aux côtés de sa passion pour les sciences et les arts et de son activité de mécène, Ferdinand II (1610-1670) s'intéressait particulièrement à la faune et faisait élever des félins pour la chasse. Il poursuivit l'activité cynégétique de ses prédécesseurs, organisant des chasses pour la cour, gérant un gibier abondant, améliorant la législation sur les réserves de gibier, continuant l'organisation des territoires. Il tenta aussi d'introduire le chameau en Italie.
Le texte décrit les chasses du cerf, du chevreuil (notamment avec des toiles) du sanglier, du loup, du renard et du lièvre (avec des chiens courants) ainsi que la prise de petit oiseaux dont l'aristocratie était alors friande, comme le rapporte Machiavel dans Le prince.
L'ouvrage est dédié à l'oncle du prince, le cardinal Charles de Médicis (1595-1666), protecteur de l'Accademia degli Infuocati de Florence.

Poète et dramaturge, Scipione Francucci est resté célèbre pour avoir décrit en 1613, dans un long poème manuscrit, l'extraordinaire collection du cardinal Scipione Borghese.
Belle impression, principalement italique, avec un encadrement de fleurons typographiques sur chaque page (y compris le titre et les feuillets liminaires) et un argomento dans un encadrement historié aux armes de Florence et des Médicis, gravé sur bois, au début de chacun des seize chants. Armes du cardinal de Médicis gravées sur bois sur le titre. Initiales et culs-de-lampe gravés sur bois.

Bon exemplaire, bien complet des 2 feuillets d'Apologia qui manquent parfois, très bien établi au XIXe siècle malgré quelques défauts d'usage attestant de la rareté de l'ouvrage à une époque où les impressions anciennes étaient pourtant courantes (petit raccommodage sommaire avec manque de papier et de quelques lettres au second feuillet de l'Apologia, feuillets uniformément roussis, quelques taches d'encre, notamment aux premiers feuillets et -plus claires- dans le volume, petite déchirure sans manque à un feuillet.) Écritures anciennes à l'encre sur le titre.

• Fra Angelo Antici, collectionneur italien du XVIIe siècle (ex-libris manuscrit sur le titre).
• Baron Octave Grandjean d'Alteville, qui possédait une des plus riches bibliothèques cynégétiques de son temps (cachet humide en marge inférieure du titre et de la p. 100; vente à Paris, 2 mai 1862, n° 1015 «très rare»).
• Célèbre collection cynégétique restée anonyme, bien que souvent attribuée à Auguste Veinant (ex-libris gravé caractéristique: chiffre composé de lettres enlacées, dans un double cercle).

Souhard 197.– Harting 151 («not seen». En réalité l'ouvrage ne traite pas de fauconnerie).– Lastri, p. 56.– Ceresoli 256 (qui ne cite pas les 2 feuillets d’Apologia, « opera classica, rare e ricercata»). Huzard 5239.- Batel 356 («ouvrage peu commun»).– Schwerdt I, pp. 185-186 («many interesting annotations […] a nicely printed book». Exemplaire incomplet de l’Apologia).– Jeanson 239 (l’exemplaire Huzard-Batel, lui aussi avec une déchirure et quelques feuillets brunis).– Lindner 787 (avec le titre restauré et des feuillets brunis).– Manquait à Pichon, qui possédait un bel ensemble de livres italiens.

Florence, Giunti, 1624. in-8, 21,5 x 15,5 cm, reliure française du XIXe siècle à dos à nerfs de chagrin violet orné de fleurons dorés, 6 feuillets, 400 pages.




Livraison
rapide & soignée

Satisfaction garantieAide, déontologie, expertise
et confidentialité,
depuis 1946

Commandes & conseils
par téléphone
01 45 63 04 04

Vos cadeaux facilitésPaquets, livraison, chèques cadeaux
et échanges, on s’occupe de tout

Paiement sécurisé
Site réalisé avec PowerBoutique - creation site ecommerce