Err

<i>G. Twiti</i><br>Le art de vénerie,<br>composé par mestre Guillaume Twici,<br>venour le roy d'Engleterre,<br>lequel fist en son temps pur apprendre autres
  • <i>G. Twiti</i><br>Le art de vénerie,<br>composé par mestre Guillaume Twici,<br>venour le roy d'Engleterre,<br>lequel fist en son temps pur apprendre autres
  • <i>G. Twiti</i><br>Le art de vénerie,<br>composé par mestre Guillaume Twici,<br>venour le roy d'Engleterre,<br>lequel fist en son temps pur apprendre autres
  • <i>G. Twiti</i><br>Le art de vénerie,<br>composé par mestre Guillaume Twici,<br>venour le roy d'Engleterre,<br>lequel fist en son temps pur apprendre autres
  • <i>G. Twiti</i><br>Le art de vénerie,<br>composé par mestre Guillaume Twici,<br>venour le roy d'Engleterre,<br>lequel fist en son temps pur apprendre autres
  • <i>G. Twiti</i><br>Le art de vénerie,<br>composé par mestre Guillaume Twici,<br>venour le roy d'Engleterre,<br>lequel fist en son temps pur apprendre autres
  • <i>G. Twiti</i><br>Le art de vénerie,<br>composé par mestre Guillaume Twici,<br>venour le roy d'Engleterre,<br>lequel fist en son temps pur apprendre autres

G. Twiti
Le art de vénerie,
composé par mestre Guillaume Twici,
venour le roy d'Engleterre,
lequel fist en son temps pur apprendre autres

En stock
1883.
Livre de collection relié.
11 feuillets.
500,00 €
350,00 €
-30%
300g
Description
Première édition française, tirée à 35 exemplaires numérotés, du plus ancien traité de vénerie écrit en français.
Composé au milieu du XIVe siècle par le grand veneur d'Édouard II d'Angleterre, ce texte est le plus ancien témoignage en français de la pratique médiévale du courre, sous forme d'un "dialogue en prose entre un chasseur et son élève, qui n'est pas sans analogies avec la Chace dou cerf", poème du XIIIe siècle (Smets & Van den Abelle. Manuscrits et traités de chasse français du Moyen Âge... 1998; p. 350). L'unique manuscrit de ce texte faisait partie de la célèbre collection de sir Thomas Phillipps, qui le publia à ses frais en 1840, en Grande-Bretagne, à 75 exemplaires.
Document extrêmement rare et recherché, malgré une impression typographique, au recto des feuillets seulement, que Thiébaud qualifie de « déplorable » mais qui n'est que médiocre et ressemble plus à des épreuves qu'à un travail accompli.

Bel exemplaire imprimé sur papier vélin et numéroté (n° 21), provenant de la bibliothèque de Robert Washington Oates (1874-1958), collectionneur et libraire de livres anciens qui fonda en 1954 la Oates Memorial Museum and  Library, riche de 40 000 ouvrages (ex-libris héraldique).

Thiébaud 912.- Souhart 470-474 (avec une longue description et une analyse du manuscrit).- Schwerdt II, p. 273.- Jeanson, vente 2001, n° 225 (exemplaire sur parchemin) et 2003, n° 161.- Manque aux catalogues des collections du Verne et Frank.


Paris, Pairault, 1883. in-12, 12,5 x 17 cm, reliure moderne en demi-chagrin rouge, dos lisse, couvertures conservées, 11 feuillets.